. Les Cahiers de Philéus 1944 - 20 ** .

Cahiers Stories - La journée d'un vieux

-

- Dimanche 19 janvier 2020 - 12.10 -

-

Mais que font les personnes âgées de leurs journées ?

Prenons l'exemple de Philéus soixante-seize ans ... Ecoutons le .. Mais c'est dimanche .. tenons-nous en au matin ...

   Je savais qu'il faisait froid dehors alors je suis resté au chaud. Ma vessie me pèse, ( Suite de ma prostatectomie d'il y a cinq ans) ma gencive me fait mal ( suite de l'extraction d'une dent de sagesse d'il y a huit jours ..)

   Alors je me suis levé vers sept heures. J'ai allumé la cafetière, j'y avais mis café et chicorée hier soir. J'ai déverrouillé la porte d'entrée, et ouvert les volets du séjour. J'ai donné une poignée de croquettes au chat qui dès que je suis debout vient à ma rencontre et vient me miauler sa pitance. Mais comme il la vomit souvent ayant en se léchant avec rigueur avalé ses poils je la lui donne par doses homéopathiques.

   Je prends mon bol de café au lait, puis m'installe devant mon ordinateur, et active ma messagerie, Mon Drive où je tiens mes cahiers, France Info, Mon blog Canalblog, le blog des pauvres, Twitter ...

   Quand madame est levée et se met à son petit déjeuner je vais procéder à mes ablutions, puis vais réviser quelques poèmes, mettre mon cahier papier à jour puis prend des notes sur les lectures que je fais alternativement ce matin sur l'institution vassalique, la France féodale, l'Empire Perse, sur fond de radio ..

   J'ai préparé la sauce de la salade - une chicorée - tandis que madame découpait une protection pour la nappe de la table de la salle à manger ...

   Et il est déjà midi

-

 

Posté par frederic2 à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Cahiers Stories - Un samedi

-

- Samedi 18 janvier 2020 -  17.58 -

-

   Dix-sept heures quarante deux. Le jour tombe. Sans bruit. L'épouse regarde un reportage sur Tf1 sur la vie de familles nombreuses. Il faut dire les choses, la misère conduit à copuler ce n'est pas un jugement c'est un fait. Chacun au regard de son histoire, de son historique qui le détermine essaie d'approcher une parcelle de bonheur ou de plaisir. Mais je suis persuadé que ce sont des rediffusions. Pendant ce temps là les gilets jaunes désamorcés défilent à Paris gentiment et invraisemblablement choyés, entourés, protégés par les forces de l'ordre ... C'est la France d'aujourd'hui.

   J'aurai fait ce matin il faisait un peu froid mais beau ma randonnée vélo au bord du fleuve.

   Taha Bouhafs un pseudo journaliste foutraque, malsain et dangereux, fait l'intéressant et ameute ses abonnés pour ennuyer le président un soir au théâtre, au petit matin on met le feu à un restaurant ... Les jours allongent, Les scientifiques redoutent que le nouveau virus qui essaime en Chine soit aussi dangereux que celui du Sras, qui avait fait 650 morts en 2003. À Paris, les chercheurs de l'Institut Pasteur ont commencé à travailler sur la fiche d'identité du virus.

    Moins certes mais quand vient la nuit la douleur, l'alvéolite revient à la charge ...

-

Posté par frederic2 à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Cahier Stories - Homosexualité

-

Page 17.2 - Vendredi 17 janvier 2020 - 18.39 -

-

. Louis -Ferdinand Céline est l'un de mes écrivains préférés et le demeure bien que l'on le dise antisémite, collabo, hitlérien, et je lis donc dans le numéro de la revue " Transfuge " de Mars 2017 qu'il dit à Ernst Jünger en décembre 1941 ; " Si les Bolcheviques étaient à Paris, il vous feraient voir comment on s'y prend; ils vous montreraient comment on épure la population quartier par quartier, maison par maison. "

. Dans la même revue du même mois même année je découvre un nommé Geoffroy de Lagasnerie jeune sociologue et philosophe et homosexuel ( j'allais écrire . " et évidemment homosexuel tant chacun paraît en être aujourd'hui et que chacun applaudit ...) et je lis ;

   " Son homosexualité, il l'évoque avec facilité, mais n'a jamais écrit dessus. Il reconnaît ne pas voir là une question qui le passionne, qui lui donnerait matière à travaux, n'en ayant jamais véritablement souffert . " Peut-être que je suis d'une génération où l'homosexualité n'est plus un problème du tout, alors on ne voit pas pourquoi on le thématiserait. "

   Soit ! mais je suis quant à moi convaincu que l'homosexualité demeure un problème pour beaucoup aujourd'hui et pour un long moment encore. "
...

-

Posté par frederic2 à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Cahier Stories - Tweets

-

- Page 17.2 - Vendredi  17 janvier 2020 - 10.20 

-

Elle twitte ;

   Aujourd'hui, un homme, au volant de son Audi, m'a fait signe de traverser avec un grand sourire.

   J'ai porté plainte.

Je twitte ;

   Vous avez raison, à mort la courtoisie, à mort la gentillesse, à mort les amabilités, à mort les sourires et autres minauderies humaines, portons plainte, et vive une une humanité sévère, rustre, glabre, cynique, indifférente, froide, Sans bonjours ni bonsoirs, sans coeur sans âme ...
-

Posté par frederic2 à 10:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Cahier Stories - Vieillesses

-

- Page 17.1 - Vendredi  17 janvier 2020 - 8.15 -

-

C'était hier

   Petit footing avec les amis ce matin, on réduit la voilure d'un commun accord fondé sur une commune fatigue... On régresse, on régresse subrepticement, mais sûrement. La fin de vie a ses codes. J *** de  m'entendrait ne m'approuverait pas lui qui accuse un an de plus que moi et qui croit encore en la vie et s'ébahit toujours des senteurs des sentiers, de la lune et des couchers, et qui va courir au sein d'une assemblée d'amis triés sur le volet aux Folles Journées de Nantes consacrées cette année à Beethoven.

Aujourdhui

   C'est cet après midi que le dentiste va enlever mes fils. J'ai toujours mal, bien mal mais moins sans doute puisque j'ai assez bien dormi et que je n'ai pas éprouvé la nécessité de prendre un Doliprane.cete nuit

___

Hédonisme, Péché, Déviances ou maladie ?

Je lis sur le site de France Info ; Joël Le Scouarnec ( 66 ans ) - ce chirurgien pédophile - l'écrit lui-même, le 10 avril 2004 :

   " Tout en fumant ma cigarette du matin, j'ai réfléchi au fait que je suis un grand pervers. Je suis à la fois exhibitionniste [...], voyeur [...], sadique [...], masochiste [...] scatologique [...], fétichiste [....], pédophile [...]. Et j'en suis très heureux "

-

   Weinstein, Epstein, Christophe Ruggia, Matzneff ( 83 ans ), le Père Preynat ( 75 ans ) interpellé par un avocat de la partie civile – " C'est comme un alcoolique qui va travailler dans une distillerie ! " –, l'intéressé dément avoir " cherché à avoir des enfants sous son autorité pour en jouir ". 

   Le Père Preynat a reconnu la majorité des faits. Mais l'authenticité de ses remords pose question. " Je le faisais sans violence. Pour moi, c'étaient des gestes de tendresse dans lesquels je trouvais évidemment un certain plaisir ", a-t-il notamment affirmé.

 

-

 

Posté par frederic2 à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Cahier Stories - Arrêt à Salamanque

-    Page 16.1 - Jeudi 16 janvier 2020 - 10.19    -

. Prémisses

Un camping-car

   C'est l'histoire authentique de vieux cousins...

   Des cousins vieux et, avares comme il est peu permis, méritants mais vétilleux et rigides, crispés sur leur magot qu'ils se sont constitués laborieusement pendant cinquante ans de labeurs, et qui partis pour trois mois de vacances au Maroc sont tombés en panne avec leur camping-car en Espagne. En attendant que la pièce de rechange arrive d'Italie ils séjournent dans un hôtel quatre étoiles à six kilomètres de Salamanque.

   Mais c'est là plus qu'une anecdote, parce que je perçois dans cette contrariété, dans ce déboire l'un des signes d'un déclin qui se précipite. L'un des signes, par ce qu'il y en eut d'autres ces derniers mois.

   Ainsi en septembre dernier lors de l'un de leur voyage ils ont eu un accident en camping-car. Ils ne sont pas en tort et les assurances prennent en charge le coût des transactions liées à l'acquisition d'un nouveau camping-car mais après des mois de démarches et de palabres exténuants quand l'âge commence à peser sur vos épaules et dans votre esprit .

   Cet accident et les difficultés sus-mentionnées qui s'en étaient suivies avait sérieusement ébranlé les cousins.

   Et puis encore quelques mois auparavant ...

  En début d'année dernière ils avaient aussi subi la séquence de la chute de la cousine dans sa salle d'eau qui s'étant démise l'épaule ne pouvant se bouger bloquait la porte, et que les pompiers avaient dû évacuer par la fenêtre. Du rez-de-chaussée quand même.

   Elle avait eu le bras en écharpe des semaines durant ...

  Tout ceci fait beaucoup et l'effet cumulatif selon moi de ces déconvenues à hautes doses ne peut que générer chez un couple de soixante-quinze ans un traumatisme et leur donner le signe selon lequel les réjouissances sont closes, le parc d'attractions des festivités de la vie pure et dure ou pure et simple est fermé pour eux.

  Alors non seulement ils n'iront pas au Maroc où ils se faisaient un plaisir de retrouver leurs vieux amis camping-caristes, non seulement ils rentreront directement chez eux mais ils comprendront ou ne comprendront pas que la plaisanterie est finie et ils vendront leur camping-car.   

   Ainsi nous est signifiée en fin de vie, en un instant t la dégressivité de la valeur des points qui constituent nos droits de tirage sur la vie et ne nous assure plus qu'un minimum vital pour un bien-être désormais exempt de jouissances et plaisirs nouveaux...

 -

Posté par frederic2 à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Page 15.3 - Mais la vie est courte -

- Mercredi 15 janvier 2020 - 16.57       -

-

   Flaubert en 1852 ; " Mais la vie est courte. Ce qui m'écrase parfois, c'est quand je pense à tout ce que voudrais faire avant de crever ... et que je n'aurai jamais le temps de me donner à moi-même l'idée de ce que je voulais faire ...

   En 1852 Flaubert avait 31 ans j'en ai soixante-quinze alors quand je pense à tout ce que je voudrais faire avant de crever ... Oui il est plus que temps que je me mette à travailler sans relâche, d'une façon âpre et continue ... Me mettre au travail ? à mon âge ? Quel travail ?

  J'entends la voix des rigolards ... Vous rigolez mon vieux ! ah oui votre roman ! ah oui vos six mille pages manuscrites, écrites pendant des décennies durant, des liasses de papiers à torcher qui rendront fous ceux qui à votre mort geindront à mettre de l'ordre dans votre chaos domestique dont vous les aurez grevé  ...  Enfin à votre âge, faites-vous plaisir comme vous l'entendez ... Qu'avez-vous fait Ô vous que voilà pleurant sans cesse, Dites qu'avez-vous fait vous que voilà de votre jeunesse ?

-

   

Posté par frederic2 à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Page 15.2 - Ô Douleur, ô douleur ...

- Mercredi 15 janvier 2020 - 10.50 -

-

   Dix-heures vingt-cinq ... ça me prend la nuque, la douleur irradie, mon cerveau est un peu en balade... Je ne sais pas me concentrer avec cette douleur diffuse plus gênante qu'intense.. Donc j'essaie mais ma lucidité, mon application et aux choses de la vie et aux choses de l'esprit en sont affectées ...

   Ce matin le ciel est chargé de nuages roulant et pissant l'eau alors que l'on en espère toujours une douceur de saphir oriental ...

   Trop de choses à faire que je m'impose et la plupart inutiles pour ne pas dire toutes, et qui m'empêchent de lire, de lire notamment le livre qui paru en janvier 2006 a dû m'être offert peu après. 

   Il s'agit de " Neige " de Orhan Pamuck écrivain turc Prix Nobel de Littérature ...

    Je relirais bien aussi les Trois Mousquetaires et cent autres livres ... Qui peut me dire quelle est ma place sur la liste de ceux qui sont hors des circuits de la vraie vie ...

    Je suis dans l'incapacité pathologique de m'imposer une discipline, d'éliminer l'inessentiel alors je touche à tout, je me disperse, et rien de ce que j'entreprends n'aboutit ... Me laissant un goût d'amertume, me lassant et m'épuisant ..

-

Posté par frederic2 à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Page 15.1 - Alvéolite

- Mercredi 15 janvier 2020 - 9.54 -

   Neuf heures quarante quatre. Je reviens de chez le dentiste qui l'a fait dire par l'intermédiaire de son assistante que ce dont je dont souffrais résultait d'une alvéolite.

   C'est quoi ?

   A la suite d’une extraction dentaire se forme un petit caillot sanguin dans l’alvéole de la dent manquante. Celui-ci sert à protéger l’alvéole durant les 24 ou 36 premières heures après l’extraction, empêchant la possibilité d’entrée d’une infection. Ce caillot est donc très important pour la cicatrisation mais il arrive qu’il tarde à se former ou qu’il soit délogé prématurément (par une brosse à dent, un bain de bouche ou en aspirant un peu trop fort par exemple), exposant alors l’os et les terminaisons nerveuses de l’alvéole. C’est alors que l’alvéolite peut se former.

   Contrairement à l’infection dentaire classique, l’alvéolite n’est pas liée à un gonflement ou une enflure. Il s’agit en réalité d’une inflammation dans l’alvéole dentaire.

   Enfin tout cet exposé je viens de le piquer sur internet...

   Et ça peut durer, plusieurs jours voire plusieurs semaines et seuls les antalgiques ou antibiotiques peuvent neutraliser la douleur ..

   Il aurait pu m'en prévenir, mais je le revoir vendredi pour l'enlèvement des fils et cette nuit nouveau Doliprane vers deux heures ce matin ...

-

Posté par frederic2 à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Page 14.3 - Le Prof et le président ...

- Mardi 14 janvier 2020 - 17.O7 - 

-

Ce que j'aime chez un cahier c'est que les heures y peuvent conter leur vie ...

   Seize quarante . Où quand les heures nous racontent ...

   Nous sommes bien au creux de l'hiver au creux du creux, alors que certes les jours allongent un peu, qu'ici où là une verdure sort de la terre, une fleur de camélia s'ouvre, qu'un mimosa sent la sève blonde lui monter dans les veines ...

   Les arbres pour autant non seulement ont perdu leur vêture de naguère encore, mais leur silhouette apparaît mouillée, rongée, glabre, dévitalisée, leur encéphalogramme est plat et sans appel...

   Mais c'est un jour de pluie qui gadoue les sentiers d'où je reviens les chaussettes trempées et noires de la boue qui a traversé les chaussures de footing ... C'est un jour de fièvre encore pour la gencive veuve de la dent extraite, c'est un jour sans courage ...

    Je lis une note de Gabriel Marcel, philosophe, dramaturge, critique littéraire mort en 1973, une note sur la condamnation de soi, sur la sincérité contre soi-même - Esprit - Novembre 1940 ...

      " Monsieur, je suis gentil moi, vous êtes là, vous criez à partie, vous n'êtes pas sympathique, ni respectueux. Faisant fi de tout ça, je viens vous voir et je vous parle. Ne me donnez pas de leçon de respect je vous en prie ou appliquez-les à vous-même ! ", a répondu le président de la République interpellé par un vieux professeur de mathématiques qui venait faire son numéro, coiffé d'un béret, il manquait à ce vieux barbu la baguette de pain et la chopine de rouge ..
-

 

Posté par frederic2 à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :